Produits
Personal Monitor
Enregistrez les actions des utilisateurs de l'ordinateur et gardez trace des captures d'écran et mots de passe
Keylogger
Logiciel enregistreur de frappe. Version d'essai gratuite de Keylogger
Hoverwatch
Espion de téléphone portable et d'ordinateur
Employee Monitor
Prenez connaissance de l'emploi du temps de vos employés et contrôlez-le
Terminal Monitor
Surveiller les activités des employés sur le serveur de terminaux
Free Keylogger
L'enregistreur de frappe gratuit garde la trace de tout le texte tapé

Refog blog d'entreprise

Étude : Mobilité contre Sécurité

20 March 2012

Selon une étude titrée “L’impact des appareils mobiles sur la sécurité de l’information“, publiée par Check Point® Software Technologies Ltd., le nombre d’appareils mobiles connectés aux réseaux d’entreprise a doublé en 2010-2011. La moitié de ces appareils contenaient des informations confidentielles.

Le management de 70% des entreprises interrogées assure que c’est l’utilisation des appareils mobiles qui est à l’origine du nombre en augmentation des fuites de données. Ceci survient la plupart du temps lorsque les appareils contenant des e-mails professionnels (80% des cas), des bases de données de client (autour de 50%) et des mots de passe professionnels (autour de 40%) sont perdus ou volés.

Les utilisateurs professionnels ont activement adopté les appareils mobiles et leurs services, créant ainsi beaucoup de problèmes pour les responsables experts IT pour la sécurité des données professionnelles. Les standards modernes ne couvrent pas les nouvelles menaces de sécurité et pourtant il n’est pas envisageable d’arrêter complètement l’usage des appareils mobiles, dans la mesure où ils donnent aux utilisateurs de nombreux avantages qui améliorent leurs performances et leur fournissent un accès mobile rapide et pratique à des ressources professionnelles.

Check Point met l’accent sur ces éléments :

  • Dans 94% des entreprises, le nombre d’appareils mobiles connectés aux réseaux professionnels a augmenté.
  • Dans 78% des entreprises, leur nombre a plus que doublé dans les deux dernières années.
  • Les plate-formes les plus populaires utilisées dans les réseaux pros sont :
    1. Apple (30%)
    2. Blackberry (29%)
    3. Android (21%)
  • 43% des entreprises pensent que les appareils basés sur Android posent une menace sérieuse sur leur sécurité informatique.
  • Les menaces clé sapant la sécurité informatique sont :
    1. Le manque de connaissance du champ de la sécurité informatique parmi les utilisateurs professionnels (plus de 70%)
    2. L’utilisation des appareils mobiles pour la recherche sur le Web (61%)
    3. L’utilisation de connexions sans fil non-sécurisées (59%)
    4. Le téléchargement de logiciels malveillants sur les appareils mobiles (57%).

Les virus permettant le vol de données personnelles multiplié par 7,5

5 April 2011

La compagnie antivirus Kaspersky Lab a annoncé que les fraudeurs en ligne manifestent un intérêt beaucoup plus grand pour les données personnelles.

En 2010, plus de 1 000 000 de virus visant à voler ces données ont été ajoutés à la base de virus de Kaspersky Lab. Cela double le nombre de 2009 et par rapport à 2006, c’est 7,5 fois plus.

La plupart de ces virus sont des chevaux de Troie qui espionnent un ordinateur infecté (Trojan-Spy, augmentation de 135 % cette année). Juste derrière se trouvent les virus qui volent les identifiants et les mots de passe (Trojan-PSW 94 % de croissance) et ceux qui tentent de voler des clés des systèmes bancaires (Trojan-Banker croissance de 22 %).

Des millions d’ordinateurs sont attaqués tous les jours par des logiciels malveillants. Beaucoup d’entre eux sont infectés et tombent sous le contrôle des criminels. Ces ordinateurs, à l’insu de leurs propriétaires, sont utilisés par les criminels pour envoyer des spam et lancer des attaques DDoS, tandis que les données de ces ordinateurs (y compris les données personnelles et confidentielles) peuvent être utilisés de n’importe quelle manière et par n’importe qui.

Les enfants passent plus de temps par semaine en face des ordinateurs qu’avec leurs manuels

21 February 2011

ChildWise, une agence de recherche britannique, a publié un rapport basé sur les études faites sur deux mille enfants âgés de 5 à 16 ans de 92 différentes écoles.
Le rapport affirme que les différents périphériques capables de se connecter à Internet deviennent petit à petit une sorte de “nounou virtuelle” et Internet devient pour les enfants un terrain de jeu.
Internet remplace progressivement la télévision qui jouait ce rôle depuis des années.

Les chiffres suivants du rapport semblent être assez intéressants:

  • Les enfants d’âge scolaire passent moins de temps par semaine en faisant leurs devoirs qu’en utilisant leurs ordinateurs.
  • 97% des écoliers environ âgés de 11 à 16 ans possèdent un téléphone mobile personnel (89% pour les adultes et 30% pour les enfants de 8 ans).
  • La plupart d’eux utilisent leurs téléphones pour se connecter.
  • 60% des enfants environ âgés de 11 à 16 ans possèdent un ordinateur et un poste de télévision et 50% d’eux ont un accès Internet permanent.
  • Ces enfants passent leur temps libre sur des réseaux sociaux et torrent et sur des portails vidéo.
  • Plus de 30% des enfants âgés de 7 à 10 ans utilisent des réseaux sociaux, bien que cela soit légal à partir de 13 ans seulement.
  • 30% des répondants possèdent un blog personnel et 62% ont un profil dans un réseau social.
  • Les enfants avec l’accès Internet passent en ligne en moyenne 1.7 heures par jour, légèrement plus de temps à regarder la TV et juste le même temps à jouer aux jeux d’ordinateur.
  • Ads: Un logiciel de surveillance Hoverwatch – Mobile Spy.

Le docteur Emma Bond, expert en développement de l’enfant, considère que pour beaucoup de parents il est temps de réévaluer la situation, de limiter l’accès à la télévision et aux sites web et de commencer eux-mêmes à éduquer leurs enfants. Elle a également ajouté que “les enfants d’âge scolaire utilisent leurs téléphones mobiles aussi pour le développement sexuel en les employant en tant que moyen d’établir des contacts intimes entre eux”, ce qui constitue un élément important du processus de formation de la personnalité.

Les logiciels malveillants les plus dangereux de l’année 2010

28 January 2011

L’année 2010 a été, pour la fraude en ligne, une année de croissance rapide. Des millions d’ordinateurs ont été infectés, des dizaines de nouveaux mécanismes de fraude ont été utilisés pour la première fois et des millions de dollars ont été volés.

La seule baisse dans les activités frauduleuses a pu être observée chez les spammeurs : après la fermeture d’un certain nombre de grands botnets, le trafic de spam a diminué d’environ 10%.

L’année écoulée a également montré une période entièrement nouvelle pour la sécurité de l’information – cyberguerres – en action. Les principaux organismes gouvernementaux ont subi les conséquences d’attaques massives tortueuses et très complexes à deux reprises en 2010 : un ver, appelé Stuxnet, a attaqué une centrale nucléaire en Iran, et l’opération « Aurora » a permis à ses initiateurs de voler des données confidentielles provenant des bases de données de grandes entreprises internationales.

Dans la majorité des cas, les ordinateurs des utilisateurs ont été infectés de l’une des façons suivantes :

  • Grâce aux réseaux sociaux
  • Grâce à des sites d’hameçonnage
  • Grâce à l’utilisation d’exploits Zero day

Jetons un oeil au Top 10 des méthodes de fraude les plus populaires utilisées en ligne l’année dernière (selon les données fournies par les éditeurs d’antivirus) :

1. Les virus conçus pour voler les détails des comptes dans les systèmes bancaires en ligne.

Presque toutes les banques aujourd’hui fournissent des services bancaires en ligne qui gagnent rapidement en popularité. C’est pourquoi les détails d’autorisation des utilisateurs sont une cible lucrative pour les pirates et les créateurs de virus. Jusqu’à présent, ils ont surtout ciblé des individus, mais ce sont les entreprises qui sont les plus menacées aujourd’hui, car leurs comptes contiennent généralement des montants beaucoup plus importants. More »

Le nombre de crimes en ligne a augmenté de 70 fois

11 January 2011

D’après les recherches menées par Daily Mail, le nombre de crimes commis à l’aide des sites web et des communautés en ligne a augmenté de 70 fois depuis 2007.

Daily Mail est un journal britannique publié depuis le 1896. Il est connu pour ses ventes d’un million d’exemplaires par jour.

Selon ses informations, les meurtres et les viols sont commis de plus en plus souvent à l’aide des réseaux sociaux et de nombreux services en ligne. C’est aussi là où toutes sortes d’intimidations, de menaces et de chantages virtuels ont lieu.

La recherche a été lancée après que les journalistes du journal aient rencontré plusieurs cas qui ont attiré beaucoup d’attention auprès du public.

  • Le premier incident était un cambriolage qui a eu lieu lorsque les propriétaires étaient à l’hôpital avec leur enfant. C’était l’enfant qui avait dit aux voleurs qui’il n’y aurait personne à la maison à travers Facebook.
  • Un autre cas lié avec Facebook concerne une jeune fille de 17 ans qui a été séduite et ensuite tuée par son “ami” de Facebook de 33 ans.
  • Un écolier de 15 ans s’est bagarré avec son ami de classe ce qui, à la fin des comptes, a abouti à une humiliation collective et à la “chasse” de toute la classe dans les réseaux sociaux. Comme résultat l’étudiant s’est suicidé.
  • Un détenu évadé a taquiné la police pendant plusieurs mois à l’aide de Facebook. Quand il a finalement été capturé, il avait des dizaines de milliers d’“amis” qui suivaient ses aventures d’évasion.

Daily Mail communique également qu’à partir du mois d’octobre 2010, un cours éducatif spécial est disponible au Royaume -Uni pour enseigner aux détectives de la police les principes d’ exploration de données et de prévention des crimes en ligne.

Chine: la cybercriminalité reconnue comme un problème mondial

17 November 2010

KNR USALa Chine et les États-Unis contre les pirates informatiques. Il y a une semaine, le 4ème forum USA/Chine de l’industrie de l’Internet a eu lieu à Beijing.

Gu Jian, vice-directeur du bureau pour la protection de la sécurité du réseau au ministère de la Sécurité Publique, a déclaré dans son discours qu’il était urgent d’instaurer une collaboration entre la Chine et les États-Unis pour lutter contre la criminalité sur Internet.

La cybercriminalité n’a été introduite dans le droit pénal chinois qu’en 2009, lorsque le pays était déjà l’une des principales victimes de pirates informatiques. Depuis lors, plus de 80 groupes criminels sur Internet ont été détruits. Toutefois, les statistiques chinoises de la criminalité sur Internet sont encore aujourd’hui mauvaises :

  • Près de 42 000 sites chinois ont été attaqués par des pirates, dont 200 appartenaient au gouvernement.
  • 8 ordinateurs sur 10 en Chine sont, à un degré ou un autre, contrôlés par des botnets, ce qui recouvre plus de 1 million d’adresses IP.

En comparaison, le taux moyen d’infection est globalement de 3,2 ordinateurs sur 10.

La Chine recherche l’aide des États-Unis, mais les différents systèmes juridiques et les mesures de résolution des conflits entravent souvent cette collaboration. En 2009, le ministère chinois de la Sécurité Publique a demandé la coopération des Américains sur 13 cas de pédopornographie et de faux sites bancaires, mais il n’a pas reçu de réponse.

Tim Cranton, directeur de Microsoft Internet Safety, a confirmé la portée mondiale et la gravité de la cybercriminalité, ainsi que le désir de surmonter tous les obstacles possibles pour lutter contre ce phénomène.

Plus de 2 millions d’ordinateurs américains ont été victimes de botnets en 6 mois

25 October 2010

La société Microsoft a publié les résultats des recherches qui révèlent que, dans la première moitié de cette année, plus de 2 millions d’ordinateurs des États-Unis sont devenus, par inadvertance, des botnets. Ces derniers sont des réseaux pirates distribués destinés à réaliser des attaques DDoS, à voler des mot de passe, à envoyer des spams et à distribuer des logiciels malveillants.

Le nombre d’ordinateurs infectés était fondé sur des données provenant de 88 pays. Les États-Unis prennent la première place avec un total de 2,2 millions d’ordinateurs personnels infectés. La seconde place revient au Brésil avec 550 000. La Russie a 4,3 ordinateurs sur 1000 infectés, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne mondiale : 3,2 pour 1000.

Un logiciel malveillant unique nommé Win32/Rimecud est responsable de 37% des ordinateurs infectés en Russie.

La recherche a montré que plus de 6,5 millions d’ordinateurs personnels doivent se débarrasser de logiciels malveillants. Il apparaît également que l’un des plus grands botnets de spam appelé Waledac a été fermé.